Ils sont partenaires de Business Landes
  • Asfo partenaire de Business Landes
  • CCI Landes partenaire de Business Landes
  • Action Sécurité partenaire de Business Landes
Publié le

La CCI des Landes entre lucidité et espoir

Si le chiffre d’affaires généré par les entreprises du département a diminué de 8%, et que les recrutements sont en recul de plus de 10%, il y a quand même des raisons de positiver…


Pour son assemblée générale de rentrée, ce vendredi 25 septembre au matin, la CCI des Landes s’est associée à la Banque de France pour proposer un état des lieux de la situation économique du territoire.

Avec le Sydec et Orange, un point a été fait sur le déploiement du très haut débit à l’échelle du département. Évidemment, compte tenu du climat sanitaire, le point de conjoncture était le plus attendu des deux.

À ce sujet se sont exprimés François Lafitte, président de la CCI, Pascal Dussin, en charge de l’animation territoriale et des informations économiques, et Jean-Marc Laborie, directeur départemental de la Banque de France. Et les chiffres dévoilés pendant cette AG, tirés de la dernière enquête menée fin juillet par la CCI (auprès d’un échantillon représentatif de près de 300 entreprises), sont assez édifiants.


Première conséquence de la crise sanitaire : sur 6 mois, le recul du chiffre d’affaires cumulé des entreprises landaises atteind 8,12%. Les recrutements ont chuté de 10,2%, et de 21,5% pour les seuls contrats d’intérim. En parallèle, le nombre de demandeurs d’emplois a grimpé de 8,6%. Ce dernier chiffre pourrait néanmoins traduire un début de redressement après deux mois de confinement assez catastrophiques.

Les embauches seraient d’ailleurs bien reparties en août sur le département, à contre-courant de la tendance régionale. De façon générale, ces chiffres sont globalement meilleurs que ceux de nombreux autres départements néo-aquitains.


Des signaux positifs…

Pour autant, 60% des entreprises sondées indiquent qu’elles ont vu leur chiffre d’affaires diminuer sur le semestre écoulé. Près de la moitié (47%) disent connaître des difficultés en termes de trésorerie, et plus de 25% d’entre elles se déclarent même dans une situation critique, n’excluant pas la fermeture. D’ailleurs, plus d’une entreprise sur 5 aurait déjà réduit ses effectifs.

À ce propos la CCI, qui redoutait courant juin des faillites et un engorgement des tribunaux de commerce en cette rentrée, a mis un dispositif d’accompagnement en place pour tenter d’éviter un maximum de cessations de paiement.

Malgré tout, les responsables de la CCI ont tenu à pointer du doigt quelques signaux positifs, à commencer par des prévisions qui tendent à se faire moins effrayantes qu’annoncé au départ en termes de décroissance du PIB national et de destructions d’emplois dans l’Hexagone.


Localement, François Lafitte a aussi rappelé la bonne résistance des secteurs-clés de l’économie locale, tels que l’aéronautique (grâce aux programmes militaires), l’agroalimentaire, la chimie verte et bien sûr le tourisme, bien aidé par une belle activité cet été.

C’est le thermalisme, avec un recul de 50% de son chiffre d’affaires, qui connaîtrait globalement les plus sévères difficultés. La filière foie gras, fortement pénalisée par les fermetures de restaurants au premier semestre, est également à la peine.


Et puis en cette rentrée, on a tout de même quelques raisons de retrouver un peu le sourire, comme le redémarrage récent du site Inertam (Groupe Europlasma) de Morcenx, salué récemment par François Lafitte. Après un redressement judiciaire l’an dernier, un fonds d’investissement luxembourgeois (Zigi Capital) est venu à la rescousse. La reprise d’Europlasma a permis d’investir dans l’usine de Morcenx, site assez unique de désamiantage par vitrification, et site qui recruterait en ce moment une dizaine de personnes… C’est toujours bon à prendre…

Plus d’informations sur le site internet, cliquez ici