Ils sont partenaires de Business Landes
  • Asfo partenaire de Business Landes
  • CCI Landes partenaire de Business Landes
  • Action Sécurité partenaire de Business Landes
Publié le

COUP DE CŒUR – Le Sou français, une idée en or !

À Hossegor, Kilian Croguennec redonne vie à des pièces de monnaie française en les transformant en bracelets, pièces de maroquinerie, de vannerie ou en porte-clés…


Le Sou français a vu le jour en 2017 grâce à ce jeune architecte d’intérieur breton. Il a eu l’idée d’utiliser et de transformer le véritable sou français pour en faire des bijoux pour le moins atypiques.

Cette pièce, ancrée dans le patrimoine de la monnaie française, est signée Lindauer. Elle n’a été produite qu’entre 1917 et 1939.

Chaque sou, que le créateur utilise, est chiné quelque part en France pour être ensuite restauré à la main, afin de lui conférer un aspect neuf et uniforme. Quant aux bracelets, ils sont fabriqués en coton, nylon, paracorde, daim, cuir et chanvre naturels, mais aussi en véritable liberty de Londres ou wax du Sénégal, au gré des voyages et des tendances.


Le produit final est entièrement fabriqué en France. La maroquinerie est produite en Bretagne, et les bracelets dans les Landes. Les cordons sont quant à eux issus de plusieurs ateliers de confections éparpillés entre la Bretagne, le Nord, l’Alsace et le Languedoc-Roussillon.

Le Sou français a notamment pu exposer son art et son savoir-faire au Salon Maison et Objet, qui se tenait à Villepinte, en région parisienne en ce début d’année 2020. Un véritable vivier d’artistes, qui exposent aussi bien du mobilier que des habits, en passant par les bijoux et autres accessoires.

Au total, pas moins de 150 modèles connaissent un franc succès sur le site du créateur ou dans la centaine de boutiques revendeuses de la marque, dont Monsieur Boutique à Biarritz, La Garçonnière à Bordeaux, la Tour Eiffel et les Galeries Lafayette depuis avril, ainsi qu’au Step Art à Hossegor, 32 place Pasteur.


De très nombreuses boutiques qui ont malheureusement dû fermer leurs portes durant ces derniers mois. Un acte qui aura eu des conséquences sur Le Sou français. Mais l’entreprise a pu rebondir grâce à son site internet, qui propose, en parallèle des boutiques matérielles, des achats et livraisons en ligne ! Une aubaine pendant cette période où toutes les boutiques étaient closes.

Un fonctionnement d’une simplicité déroutante : vous allez sur le site internet, vous cliquez sur le bijou, la maroquinerie ou l’accessoire de votre choix, vous payez grâce à un système sécurisé, et… voilà ! C’est fait ! Ensuite, le produit est livré chez vous, gratuitement, et c’est satisfait ou remboursé !

Le Sou français possède déjà des best-sellers, puisque le fameux bracelet se décline dans des dizaines de coloris et de matières, à l’instar du « Patriote », bleu-blanc-rouge, et du « T », un bracelet en acier inoxydable. Un succès qui a poussé ce Landais d’adoption à décliner son sou en porte-clés, en porte-cartes et en sac à main made in France.


Inspiré par sa grand-mère…

A 25 ans, Kilian Croguennec, tout juste diplômé en architecte d’intérieur, s’installe à Hossegor. C’est lors de vacances à Brest, sa ville natale, que lui vient l’idée du Sou français : sa grand-mère possédait un bracelet auquel était fixée une pièce de 10 centimes, donnée par son père avant son départ pour la guerre.

Cette dernière lui a demandé de remplacer son vieux bracelet usé par un ruban neuf pour qu’elle puisse continuer à porter cette pièce. Kilian Croguennec s’en fabrique également un et il attire rapidement les regards, les envies et pour finir les commandes.


C’est ainsi que le Sou français est né. Belle histoire donc, car plus qu’un simple bracelet confectionné pour une grand-mère, Le Sou français à pour objectif, à travers ses produits, de devenir un véritable symbole des valeurs, de l’histoire et de l’élégance à la française. Mais surtout un symbole de la transmission intergénérationnelle.

Allez découvrir la collection sur le site lesoufrancais.fr