Ils sont partenaires de Business Landes
  • Asfo partenaire de Business Landes
  • CCI Landes partenaire de Business Landes
  • Action Sécurité partenaire de Business Landes
Publié le

Boisé innove dans l’œnologie de précision

Depuis Aire-sur-l’Adour, elle propose des bois techniques pour l’élevage des vins afin d’améliorer la précision des profils aromatiques et gustatifs obtenus par les viticulteurs…


Aujourd’hui reconnue pour la qualité de sa R&D et son expertise dans « l’interaction » bois/vin, Boisé France est une entité du dynamique groupe Oeneo, basé en Gironde et opérant dans l’élevage et le bouchage.

Un groupe dont les revenus ont bondi de 45% en 4 ans, et tutoient désormais les 250 millions d’euros.

Créée en 1996, Boisé France conçoit, produit et vend des bois œnologiques de haute qualité. Toute l’activité de l’entreprise est regroupée sur la zone de Peyres à Aire-sur-l’Adour, de la R&D jusqu’au broyage et à la chauffe en passant par la sélection et la maturation des bois, vieillis deux ans sur un parc d’une capacité de 10.000 m3.


L’offre de Boisé repose sur 3 gammes. La première, baptisée « Origine », englobe 11 références de copeaux « complémentaires et assemblables, servant de base à l’œnologue dans la construction du profil des vins », sachant que « chaque copeau possède des caractéristiques organoleptiques très spécifiques, permettant au vinificateur d’orienter à la fois le profil aromatique et l’équilibre en bouche ». Ils sont vendus en sacs de 10 kg.

Boisé propose ensuite une gamme « Inspiration » de 5 types de douelles (pièces de bois formant la paroi des tonneaux), et une nouvelle gamme « Signature » conçue comme une solution de boisage plus simple à mettre en œuvre, avec deux références Y (pour obtenir des profils aromatiques fruités) et T (pour améliorer la complexité des vins). Cette gamme complémentaire doit permettre de favoriser la démocratisation du procédé.
Investissements en vue…


Le principe est simple : ces différents produits, placés en cuve (inox ou résine), offrent une alternative à l’élevage en tonneau. Avec deux solides atouts : la précision des arômes et profils obtenus d’un côté, et le coût de l’élevage, qui serait environ 40% moins élevé qu’en tonneau. Ce sont les étapes de chauffe et de brassage du bois, savamment étudiées, qui permettent de dégager cette grande diversité d’arômes. Et bien entendu la qualité de la matière première, du chêne sessile du centre et de l’est de la France, qui va infuser 2 à 4 mois pour produire ses effets (en fonction du support, copeaux ou douelles).

Les produits, soigneusement élaborés dans le cadre d’une démarche R&D dans laquelle l’entreprise réinvestit une part non négligeable de ses revenus, ont une date limite d’utilisation optimale de 3 ans. Ils sont le résultat d’une batterie d’évaluations analytiques et sensorielles, en même temps que d’un contrôle qualité drastique. Car il n’est pas forcément aisé de « standardiser » ce genre de produits, puisque chaque arbre présent dans la nature a ses caractéristiques propres et qu’il faut pourtant garantir des références « aux caractéristiques répétables et sans aucun défaut ».


L’offre séduit en tout cas beaucoup au-delà de nos frontières, puisque Boisé France réaliserait aujourd’hui 80% de son chiffre d’affaires (6,3 millions d’euros en 2018, 7,4 millions d’euros pour sa maison-mère Vivelys, filiale du groupe girondin Oeneo) à l’export.

Prochaine étape pour cette entreprise innovante : améliorer encore sa bonne rentabilité (1,2 millions d’euros de bénéfices l’an dernier) en limitant sa facture énergétique, ce qui devrait passer par des investissements dans un séchoir à bois et une installation photovoltaïque. La Région devrait contribuer à ces opérations à hauteur de 200.000 euros.

Plus d’informations sur le site internet – cliquez ici